Des Milliers de Migrants Saturent Stade Olympique de Tapachula

81

* Ils exigent que le gouvernement fédéral se conforme à ce qu’il leur a offert au cours des trois dernières années

Tapachula, Chiapas; 30 novembre 2021.- Pour la troisième semaine consécutive, des milliers de migrants de différentes nationalités ont complètement saturé les installations du stade olympique de Tapachula, au sud de la ville, pour exiger que le gouvernement fédéral se conforme à ce qui leur a été offert au cours de la dernière trois ans, des visas pour vivre n’importe où au Mexique, des emplois, un soutien financier, des soins médicaux gratuits, une éducation, entre autres.
Pendant cette période, les sans-papiers ont effectué des blocages de rues et de l’autoroute qui mène à Puerto Chiapas dans ce secteur de la ville ; attaques contre des véhicules et des civils, en plus de la paralysie des transports publics et des activités économiques.
Cela découle du fait que pendant de nombreux mois, l’Institut national des migrations (INM) et la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés (Comar), selon la version des migrants, leur ont donné à tour de rôle sans leur donner une solution à leur demande d’obtenir un document de sortie avec lequel ils pourraient parcourir tout le territoire national sans être détenus, jusqu’à ce qu’ils atteignent la frontière avec les États-Unis, ou pour obtenir le statut d’asile.
Le débordement et les protestations ont contraint les autorités fédérales à céder, et maintenant elles se sont engagées à octroyer des bus pour les transférer vers 10 entités sur le territoire national, où elles peuvent suivre leurs procédures d’immigration et, s’ils le souhaitent, rester et vivre.
Les milliers de sans-papiers ont parcouru toute l’esplanade du Stade en attendant d’être soignés par les autorités de l’INM.
À cet endroit, il y a eu plusieurs files de personnes entourées de clôtures métalliques, entourées de policiers anti-émeute de la Garde nationale (GN) qui sont chargés d’assurer la sécurité de cet endroit.
Pendant l’attente, les étrangers ont installé des tentes, du carton, des couvertures et des bâches, pour se protéger du soleil.
Ce mardi, ils étaient environ 6 000 dans cette partie de la ville, et ils errent désespérés et avec l’idée de se rendre dans les 10 entités du pays.
Alors que ces milliers de personnes réclament leurs « droits », un nombre similaire de sans-papiers continuent d’entrer chaque jour à la frontière Mexique-Guatemala, sans surveillance et complètement ouverts à la contrebande et aux exodes qui ne sont pas conformes à la loi. EL ORBE /