Initiative Pour les Migrants à Voyager Lancée Dans les Bus Commerciaux du Chiapas

77

* Face à la Grave Crise Migratoire à Tapachula

Tapachula, Chiapas; 1er décembre 2021.- Des migrants d’un nombre infini de nationalités qui sont bloqués à Tapachula depuis de nombreux mois suppliant l’Institut national des migrations (INM) de répondre à leur demande de délivrance d’un document de sortie et de poursuivre leur chemin en dehors du Chiapas , ils ont demandé à quitter la ville dans des camions de service public, en achetant leur billet avec leurs propres ressources.
Cette proposition a été présentée par le Centre pour la dignité humaine (CDH) à l’INM et pourrait être une alternative pour qu’environ un millier de migrants chaque jour puissent quitter Tapachula.
La proposition a été faite devant les responsables nationaux de l’INM, qui ont accepté de les analyser et de donner une réponse dans les prochaines heures. S’ils étaient acceptés, les camions embarqueraient 43 étrangers, si possible 50 s’ils transportent des enfants, et un élément de l’INM.
Avec cela, il est prévu que les migrants puissent se rendre dans les 10 villes destinées au gouvernement fédéral pour les envoyer poursuivre leur processus et dépressuriser la grave crise migratoire que connaît Tapachula.
Pour cette raison, il est prévu que c’est un exode d’utiliser les bus des sociétés commerciales «avec lesquelles ils paient les sociétés de transport public, ils travaillent pour prendre les entités assignées par les autorités mexicaines».
On pense que, si cet accord est conclu, dès ce jeudi, les premiers bus chargés de personnes entrées illégalement dans le pays, et de nombreux autres qui arrivent avant la porosité de la frontière entre le Mexique et le Guatemala, pourraient repartir.
«La seule chose qui manque, c’est qu’ils leur donnent une lettre de sortie -ce qui est prévu par la loi-, où ils disent à quelle entité ils vont aller et à cet endroit ils leur donnent leur carte pour des raisons humanitaires pendant un an», a rapporté l’agence.
Pendant ce temps, les autorités de migration ont donné des rendez-vous pour les transferts aux Latinos et aux Haïtiens jusqu’au 22 décembre, ce qui a fait de Tapachula une excellente prise.
On estime que plus de 500 bus sont partis au cours des 25 derniers jours. Cependant, la présence d’environ 6 000 migrants quotidiens dans le stade olympique – sur environ 75 000 qui parcourent la ville – qui cherchent désespérément à quitter Tapachula se poursuit. EL ORBE /