Les Migrants Empruntent la Route Côtière Du Chiapas et des Émeutes

681

* Ils ont retenu un fonctionnaire fédéral à utiliser comme monnaie d’échange pour les camions
* Ils se font face pour une place dans les camions. La Garde nationale intervient

Tapachula, Chiapas; 27 novembre 2021.- Environ un millier de migrants de diverses nationalités ont joué ce samedi dans une journée d’émeutes sur la côte du Chiapas, qui comprenait le blocage de la route dans les deux sens, la rétention d’un fonctionnaire pour l’utiliser comme monnaie d’échange pour obtenir des camions et des visas humanitaires, et ils se sont battus pour avoir de la place dans les bus.
Lassés de la lenteur de l’Institut national des migrations (INM) à leur délivrer un document leur permettant de parcourir le pays sans être retenus jusqu’à ce qu’ils atteignent la frontière avec les États-Unis, ils ont opté ces derniers jours pour mener des actes hors la loi, auquel le gouvernement fédéral a dû céder.
Dans la matinée de ce samedi, des groupes de sans-papiers qui étaient partis la veille de Tapachula et marchaient en caravane, se sont arrêtés sur le tronçon routier entre les municipalités de Huehuetán et Tuzantán et ont fermé la route, où passent des milliers de véhicules de fret chaque jour. passagers et individus, y compris ceux qui transportent toutes les exportations mexicaines vers l’Amérique centrale, qui était paralysée.
Là, les étrangers ont exigé qu’ils mettent immédiatement à disposition des bus pour les transporter vers divers États de la République. Pour cette raison, un responsable de l’Institut national des migrations (INM) s’est présenté devant eux pour leur demander de libérer les artères routières, car l’attention aux migrants était déjà en cours, mais avec ordre.
Au lieu de l’écouter, il a été détenu à l’intérieur de son propre véhicule et utilisé comme mesure de pression pour que le gouvernement commence à leur envoyer des unités de transport.
Un peu plus tard, le premier des camions est arrivé dans la communauté de Xochiltepec, municipalité de Tuzantán, Chiapas, où se déroulaient les événements.
Comme il n’y avait aucun contrôle sur le déroulement du transfert, les manifestants se sont précipités dans l’unité en essayant d’entrer par la petite porte. En devenant un entonnoir, ils se sont affrontés pour remporter l’un des 43 emplacements disponibles.
Craignant que cela n’ait des conséquences fatales, le gouvernement fédéral a dû déployer des éléments de la Garde nationale avec des équipements anti-émeute, ainsi que du personnel de l’INM pour rétablir l’ordre.
Au fil des heures, les autorités ont envoyé plus d’une douzaine de bus de passagers pour répondre à cette demande de les envoyer dans d’autres régions du pays, après que, rien qu’à Tapachula, on estime qu’il y a déjà plus de cent mille personnes bloquées.
Il s’est avéré que le responsable de l’INM détenu était le général de brigade de l’armée, Hugo Salvador Cuellar, qui a ensuite pu sortir de la révolte.
Wilfredo, un migrant du Nicaragua, a déclaré au journal EL ORBE qu’ils avaient arrêté la marche parce qu’ils ne transportaient ni eau, ni médicaments, ni nourriture, et qu’ils avaient décidé de ne pas continuer à avancer et avaient fermé les deux voies de l’autoroute pour exiger que les autorités envoient camions à eux.
Un autre groupe de centaines de personnes entrées illégalement sur le territoire national, continue sa route – environ 30 kilomètres plus loin – et est arrivée samedi soir dans la commune d’Escuintla, où elle prévoyait de se reposer et de reprendre son itinéraire ce dimanche.
Un contingent similaire a également décidé de bloquer la route à la prison fédérale n°15, et pour cette raison un protocole de sécurité interne a dû être ordonné, même si un peu plus tard les migrants ont continué leur marche et jusqu’à la fermeture ils ont continué à marcher sur la côte. .
De Tapachula, trois caravanes de migrants sont parties ce vendredi et ont pour objectif de demander que les autorités leur accordent des papiers, puisqu’à Tapachula ils ont attendu des mois – certains jusqu’à deux ans – pour régulariser leur séjour et ils n’ont pas été pris en charge.
Environ 2 500 migrants voyagent dans les trois caravanes, principalement des jeunes hommes, des adultes, des femmes enceintes, des adolescents et des enfants. EL ORBE/